Histoire & patrimoine


Garlède-Mondebat


Le nom de Garlède apparaît pour la première fois en 1101, sous la forme ancienne "Garaleda", mais il est probable que le village existait déjà avant cette date. D'après le dictionnaire des noms de lieux de France ( de Dauzat et Rostaing), le nom de Garlède pourrait être formé sur le radical pré-latin "gar-", signifiant rocher, auquel on aurait ajouté un second élément qui reste obscur. Ceci n'est qu'une hypothèse : on ne peut pas affirmer qu'il s'agit de la véritable explication.

Historique


Garlède nommé Garleda en 1101, signifie : "terre nouvellement mises en valeur" on comptait en 1385, 12 ostaüs (feu) à Garlède et 8 à Mondebat. A cette époque, Claracq et Garlède ne formaient qu'une seule et même paroisse, dépendant de la baronnie de Mondebat. Celle-ci, créée en 1658, comprenait Garlède. Lalonquette et Mondebat, et était vassale de la vicomté de Béarn. Mondebat dépendait du baillage de Pau.

Mondebat s'est unie à Garlède le 25 juin 1844.

A l'époque de leur réunion en 1844, Mondebat comptait 136 habitants et Garlède 258. En 1880, 330 garlédois sont recensés contre 100 mondebatais qui entamaient déjà leur régression. Un siècle plus tôt, Mondebat, longtemps réduit à l'état de petit hameau, était une annexe de Méracq.

C'est sur le territoire de cette commune qu'à pris place l'aire de repos de "La Porte du Béarn" (nord), sur la R.N 134. Une des curiosités en est la maison d'accueil, construite entièrement comme autrefois, en argile crue. Bizarre retour des choses, un potier (fabricant de toupis) était déjà recensé en 1385. On trouve également sur le Gabas, un moulin du XVIII ème siècle.

En 1444, la seigneurie fut achetée à Arnaud de Coarraze par les barons de Gabaston, dont elle dépendit jusqu'en 1603. Par la suite, elle constitua la Baronnie de Mondebat, associée à Lalonquette. Elle fut créée par lettres patentes du roi datées d'avril 1658, en faveur de Bernard de Caplane. Une descendante de la famille des Caplane, épousa en 1786, Pierre III de Fortisson, seigneur de Roquefort, résidant en son château (de Fortisson) à Lasque.

A l'issue de la première guerre de religion, remportée en Béarn par les protestants de Jeanne d'Albret, ceux-ci mirent aux enchères les biens religieux dont la dîme de Garlède.

Au milieu du bois de Garlède, non loin du Gabas, se trouve une enceinte dénomée "La Glisia de Coutet", ce qui laisse en général supposer une présence gallo-romaine passée, d'autant plus qu'une voie romaine importante reliant Vicus Julii à Bénéharnum, traversait la commune. On y aurait trouvé des fragments de mosaïque.

Des tessons protohistoriques découverts dans la commune repoussent dans le temps la période de la première occupation humaine.

"Las hades de Mondebat" et leurs pattes d'oie étaient célèbres dans tout le Béarn, et à l'instar des autres fées, elles avaient une attitude équivoque, réagissant selon leur humeur.

Patrimoine


La commune présente un ensemble de demeures et de fermes des XVIIème et XIXème Siècle.

Le moulin de Garlède date de 1761.

 

L'église de St André (Mondebat), date partiellement du XIIème siècle tout comme l'église romane St Martin (Garlède). Ces deux églises recèlent des objets, un tableau, une peinture murale et du mobilier inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel.

L'église romane Saint-Martin de Garlède, profondément remaniée au cours des siècles, conserve un autel en grès du XIIe siècle. Cette église est dédiée à Saint-Martin, patron de la France, des soldats, des mendiants et des hôteliers. Construite au XIIe siècle, elle présente un plan allongé. Elle est composée à l'origine d'une nef principale, flanquée d'un bas-côté à la fin du XVème ou au début du XVIe siècle. Seul témoin encore en place de l'époque romane, un autel en grès du XIIe siècle a été réinstallé dans le chœur.